Pour Dick Cheney, les Etats-Unis ne doivent pas se retirer d'Irak

WASHINGTON - Dick Cheney est sorti du silence qu'il s'imposait en public depuis les élections du 7 novembre. Le vice-président américain a réaffirmé que les Etats-Unis ne devaient pas tourner le dos à l'Irak.M. Cheney s'exprimait publiquement pour la première fois depuis la défaite des républicains aux élections de mi-mandat du 7 novembre. La victoire des démocrates a été analysée en grande partie comme l'expression d'un rejet de la politique irakienne des Etats-Unis.Depuis lors, l'administration Bush a amorcé un réexamen de sa stratégie en Irak et le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a été évincé.Considérant les liens l'unissant à M. Cheney, certains observateurs ont estimé que la chute du chef du Pentagone pourrait être le signe précurseur d'une perte d'influence du vice-président sur l'administration.Après avoir fait applaudir Donald Rumsfeld par son auditoire - "l'un des grands serviteurs de l'administration de sa génération "-, Dick Cheney s'est fait l'écho de l'inflexion relevée dans le discours de Bush depuis l'alternance au Congrès."Nous serons flexibles, nous ferons tout ce que nous pouvons pour nous adapter aux conditions sur le terrain. Nous procéderons à tous les changements nécessaires pour accomplir la mission", a-t-il dit, lui qui proclamait quelques jours avant les élections que, quel que soit le vainqueur, ce serait "en avant toute" en Irak.Mais M. Cheney a redit qu'un retrait d'Irak ne ferait qu'enhardir les groupes insurgés comme Al Qaïda qui, a-t-il dit, tente actuellement de retrouver un havre comparable à l'Afghanistan des talibans pour organiser de nouvelles opérations contre les Etats-Unis. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.