Proche-Orient: la trêve israélienne de 48h reste fragile

JéRUSALEM - Sous la pression américaine, Israël a suspendu ses frappes aériennes au Liban pour 48h après la tragédie de Cana, au Liban sud. Mais l'Etat hébreu a exclu un cessez-le-feu et dit même vouloir élargir ses opérations contre le Hezbollah.L'armée israélienne a d'ailleurs poursuivi ses opérations terrestres au Liban sud contre les combattants du Hezbollah. Toutefois, la suspension par Israël de ses raids aériens pour 48h a, pour la première fois depuis le début du conflit le 12 juillet, offert à la diplomatie une chance d'interrompre la logique de guerre.La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a pu quitter Jérusalem pour Washington sur une note d'optimisme. Elle a affirmé sa "conviction" qu'un "cessez-le-feu urgent" et "un règlement durable" étaient possibles dès cette semaine.Des propos relayés par le président américain. George W. Bush a affirmé que les Etats-Unis travaillaient à obtenir "urgemment" un cessez-le-feu. Mais il s'est gardé de critiquer Israël dont il a dit le droit à se défendre.Mais dans une allocution devant le parlement israélien, le ministre de la Défense, Amir Peretz, a lui affirmé qu'il était "interdit (à Israël) d'accepter l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu immédiat", car cela "ramènerait les extrémistes dans la région". Il a aussi annoncé que Tsahal allait "élargir ses opérations contre le Hezbollah".A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni en urgence, s'est déclaré "extrêmement choqué et bouleversé" par le bombardement de Cana, mais s'est abstenu de condamner cet acte, les Etats-Unis s'y étant opposés, selon des diplomates.Cette accalmie dans les raids aériens dans le sud du Liban a donc permis aux secouristes d'acheminer de l'aide et aux ambulances d'évacuer des malades et des personnes âgées, notamment dans la localité dévastée de Beit Jbeil. La ville était inaccessible jusque là en raison de rudes combats entre soldats israéliens et combattants du Hezbollah chiite.L'armée israélienne a en outre dit avoir détruit les deux tiers de la capacité du Hezbollah à tirer des missiles de longue portée, a déclaré un responsable gouvernemental. Le bilan de l'offensive israélienne s'établissait à 518 morts au Liban, dont 442 civils. Le conflit a également fait plus de 800'000 déplacés et entraîné l'évacuation du Liban de dizaines de milliers d'étrangers. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.