Rapport Baker: les Américains pourraient quitter l'Irak d'ici 2008

WASHINGTON - Une commission américaine indépendante envisage, dans un rapport rendu public, un possible retrait d'ici 2008 des troupes de combat américaines déployées en Irak. Le pays est secoué quotidiennement par des violences meurtrières.Le rapport Baker, du nom du républicain James Baker, coprésident avec le démocrate Lee Hamilton du Groupe d'étude sur l'Irak, contient 79 propositions. Il prévoit sans précisions ni calendrier précis un possible retrait de troupes américaines d'ici au premier trimestre 2008.Le rapport appelle aussi les Etats-Unis à "menacer l'Irak" d'un départ anticipé. "Si le gouvernement irakien ne fait pas des progrès substantiels vers des objectifs de réconciliation nationale, sécurité et gouvernance, les Etats-Unis devraient réduire leur soutien politique, militaire et économique au gouvernement irakien", indique le rapport.Cette menace est jugée "injuste" par des responsables irakiens. "Les Etats-Unis sont en Irak une puissance occupante et en tant que telle, la convention de Genève prévoit qu'ils sont responsables du pays", a déclaré le député kurde Mahmoud Othman.Depuis l'été, les violences confessionnelles chiites et sunnites en Irak ont pris le pas sur les affrontements opposant les insurgés aux forces de sécurité irakiennes et américaines et plus de 13'000 civils ont été tués entre juillet et octobre, selon les Nations unies.Mardi, le premier ministre irakien Nouri al-Maliki a annoncé qu'une "une conférence de réconciliation nationale" aurait lieu en décembre. Il a également fait savoir qu'il allait "envoyer des délégations dans les pays voisins" pour organiser une "conférence régionale pour combattre le terrorisme".Soulignant qu'il n'existe pas de "formule magique" pour résoudre le conflit irakien, le Groupe d'étude conseille à George Bush de prendre contact avec l'Iran et la Syrie en vue d'une solution globale. Une option que l'administration américaine a jusqu'à présent toujours écartée.Le "Groupe d'étude sur l'Irak" exhorte en outre le gouvernement américain à relancer le processus de paix entre Israël et ses voisins, sans quoi Washington ne parviendra pas à ses objectifs au Proche-Orient. Le Groupe a "bien diagnostiqué" la situation, a aussitôt réagi le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.