Romano Prodi prêche la rigueur et la discipline à ses ministres

ROME - Le nouveau chef du gouvernement italien Romano Prodi a réuni ses 25 ministres en conclave aux portes de Pérouse, en Ombrie (centre). Il leur a prêché la rigueur et la discipline dans leurs déclarations.Officiellement, les membres du gouvernement devaient établir un programme des priorités et préparer les premières actions du nouveau cabinet. Ce huis-clos a eu un fil rouge: la "dramatique situation des comptes publics" italiens qui impose la plus grande rigueur, a précisé le porte-parole du chef du gouvernement, Silvio Sircana, seul habilité à s'adresser à la presse.Mais le conclave a surtout permis à Romano Prodi de rappeler à l'ordre ses ministres trop bavards. Victorieux des législatives à la tête d'une coalition de gauche, il a formé le 13 mai un gouvernement très politique dans lequel siègent six chefs de partis.A peine nommés, ses ministres ont commencé à parler et à prendre position comme s'ils étaient le premier ministre. A tel point que M. Prodi s'est fâché et leur a demandé d'en "finir avec ce carnaval de déclarations" qui donnent une image brouillonne et batailleuse du gouvernement.L'Italie est dans "une situation difficile, mais pas dramatique", a-t-il insisté, cité par son porte-parole. "Nous devons avoir le courage de prendre des décisions fortes, d'oser des choses difficiles. Nous devons avoir le courage de surprendre", a-t-il lancé.Le ministre de l'économie Tommaso Padoa-Schioppa a pour sa part invité ses collègues à la rigueur et au contrôle des dépenses. Le déficit public italien dérive vers les 4,5% du PIB et la dette publique menace de dépasser 107% du PIB cette année. Or les partenaires européens ne sont pas disposés à accorder un sursis à l'Italie, a souligné M. Padoa-Schioppa."Tout le système du pays (gouvernement, collectivités locales, régions) doit montrer un meilleur contrôle des dépenses", a insisté le ministre, cité par M. Sircana.L'Italie est depuis 2005 sous le coup d'une procédure pour déficit excessif lancée par l'Union européenne. Le gouvernement doit mener une correction structurelle du rapport déficit-PIB de 1,6 point en deux ans, rapporter le déficit sous les 3% du PIB en 2007 et le réduire ensuite de 0,5% chaque année, a-t-il précisé. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.