Romano Prodi reste au pouvoir mais doit gagner un vote de confiance

ROME - Le président italien Giorgio Napolitano a donné une seconde chance au chef de gouvernement Romano Prodi en refusant sa démission. Mais il lui a demandé de se soumettre à un vote de confiance du parlement, dont le résultat n'est pas totalement garanti.Il n'y a pas d'alternative" à cette solution, a estimé le chef de l'Etat à l'issue de deux jours de consultations de tous les leaders politiques. M. Napolitano a ajouté que l'autre option, consistant à former un gouvernement d'unité nationale intégrant l'opposition, ne suscitait pas l'adhésion.La coalition d'une dizaine de partis qui a remporté de justesse les législatives d'avril 2006 ne dispose que d'une voix de majorité au Sénat où elle doit compter sur les votes toujours fluctuants des sept sénateurs à vie.Cette courte avance a été favorisée par la loi électorale votée juste avant le scrutin par l'ancienne majorité de droite, qui voulait ainsi atténuer l'étendue de sa défaite annoncée par les sondages."Je me présenterai devant le Parlement pour solliciter la confiance le plus vite possible", a déclaré Romano Prodi. Il a parlé d'un "nouvel élan" pour sa coalition de gauche afin "d'aider le pays dans ce moment difficile" et de "renforcer" la reprise économique en cours.Le vote de confiance pourrait avoir lieu jeudi au Sénat et vendredi à la chambre des députés.Romano Prodi, en poste depuis 9 mois, avait présenté sa démission mercredi après la mise en minorité à la chambre haute de son gouvernement sur les orientations de sa politique étrangère, notamment sur l'engagement de 2000 soldats italiens en Afghanistan, contestée par le gauche radicale (Verts et communistes). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.