Sept morts dans la bande de Gaza - Abbas demande l'aide de l'ONU

GAZA - Sept Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne qui a intensifié ses opérations dans la bande de Gaza. Dans ce climat de violence exacerbée, le président Mahmoud Abbas aréclamé une réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU.Au total, 42 Palestiniens, dont au moins 21 activistes armés, ont été tués par l'armée en quatre jours lors d'une des opérations militaires israéliennes les plus vastes depuis l'enlèvement d'un soldat le 25 juin par des groupes armés palestiniens."M. Abbas a adressé une lettre au président du Conseil de sécurité lui demandant de réunir immédiatement cette instance pour discuter de la situation tragique provoquée par l'agression israélienne contre la bande de Gaza", a indiqué le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina."Israël parle d'auto-défense, mais cherche en fait l'escalade pour nuire aux efforts que les Palestiniens déploient pour résoudre leur crise politique", a-t-il ajouté.Israël affirme de son côté que son opération vise à faire pressions sur les groupes armés et faire cesser les tirs de roquettes contre son territoire. "Les Palestiniens tiraient en moyenne en juin et juillet 200 roquettes vers Israël, contre 56 ces trois derniers mois", a indiqué un responsable militaire.Sept Palestiniens, dont cinq activistes du Hamas, ont été tués, au lendemain d'une des journées les plus sanglantes depuis plusieurs semaines lors de laquelle 19 personnes sont mortes, la plupart dans une série de raids aériens.Selon l'armée, un millier de Palestiniens ont été interrogés, plusieurs dizaines arrêtés dans la ville et des stocks d'armes ont été saisis. La situation y a été qualifiée de "désespérée" par John Ging, directeur opérationnel de l'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens à Gaza, qui a demandé l'arrêt des violences."Mort, destruction et désespoir sont les termes que l'on peut utiliser pour décrire la situation (...) Aujourd'hui, 40'000 personnes à Beit Hanoun souffrent énormément", a-t-il dit. "La situation est désespérée. La nourriture, l'eau manquent. Il y a des destructions partout (...) Les gens vivent dans la peur", a-t-il souligné.Sur la plan diplomatique, l'Egypte a fermement condamné l'offensive, baptisée "Nuages d'automne" et demandé son arrêt immédiat, ainsi que la fin des tirs de roquettes. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.