Serbie: les socialistes menacent de faire tomber le gouvernement

BELGRADE/LA HAYE - Le Parti de Milosevic a menacé de faire tomber le gouvernement du 1er ministre Kostunica si l'ancien président n'était pas enterré à Belgrade. L'examen toxicologue a par ailleurs révélé que Milosevic a pris délibérément un médicament contre-indiqué."Mon message au gouvernement est que le SPS n'entrera pas au parlement si Slobodan Milosevic n'est pas enterré dignement", a déclaré Zoran Andjelkovic, secrétaire général du SPS. M. Andjelkovic a précisé que cela sous-entendait "la présence de la famille aux obsèques et un site adéquat au cimetière, comme le mérite une personnalité historique"."J'ai dit au parti de Kostunica que s'il n'avait pas le courage de permettre à la famille (de Milosevic) d'assister aux funérailles en Serbie, nous ne reviendrions pas au parlement", a ajouté M. Andjelkovic.Au parlement de Serbie, qui compte 250 sièges, il suffit que quatre députés du SPS sur 22 au total, retirent leur voix à la coalition de M. Kostunica pour faire tomber le gouvernement.M. Vucelic a également indiqué être en contact avec l'épouse de Milosevic et que Moscou ou Belgrade étaient actuellement les uniques possibilités pour l'enterrement de Milosevic. Mira Markovic fait l'objet de poursuites judiciaires en Serbie et le président serbe Boris Tadic a dit dimanche qu'il refuserait de la gracier.Slobodan Milosevic a pris délibérement un médicament non prescrit "annulant" l'effet de son traitement contre l'hypertension. C'est ce qu'a indiqué le toxicologue néerlandais Ronald Uges après une analyse du sang de l'ancien président yougoslave."Il a pris (un médicament contenant) de la rifampicine, un médicament qui annule l'effet" des traitements contre l'hypertension, a expliqué M. Uges qui a effectué une analyse du sang de l'ancien président yougoslave il y a deux semaines. "Il a pris ce médicament lui-même et il le voulait pour obtenir un aller simple vers Moscou", a-t-il ajouté.Slobodan Milosevic avait demandé en décembre au Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie d'être transféré à Moscou pour y être soigné mais cette requête avait été rejetée, les juges estimant qu'il bénéficiait d'un suivi médical suffisant à La Haye et qu'il risquait de ne pas se représenter à son procès s'il partait en Russie. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.