Téhéran menace de revoir ses relations avec l'AIEA

MOSCOU - Téhéran reverra ses liens avec l'AIEA si les modifications que la Russie veut apporter à la résolution à l'étude au Conseil de sécurité de l'ONU sont rejetées. La menace vient du négociateur du nucléaire iranien Ali Larijani en visite à Moscou."Nous réexaminerons nos relations avec l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) si l'ONU adopte la résolution de la troïka européenne sans prendre en compte les amendements présentés par la Russie", a déclaré M. Larijani, à son arrivée à Moscou.M. Larijani a affirmé par ailleurs que la proposition russe de société commune russo-iranienne qui pourrait enrichir de l'uranium iranien sur le territoire russe était toujours d'actualité. "Cette proposition n'a jamais été rejetée et elle reste sur la table des négociations", a-t-il dit. "La discussion sur ce thème continue", a-t-il ajouté.Le négociateur en chef a martelé que l'Iran était prêt à trouver une issue à la crise dans le cadre de négociations avec les Six (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne). "Le problème doit être résolu dans le cadre des discussions avec les Six, dont nous avons examiné les propositions et auxquelles nous avons répondu", a-t-il dit.M. Larijani a insisté par ailleurs sur le partenariat entre l'Iran et la Russie, "un allié naturel". "La Russie est notre voisine et notre amie. Nous avons beaucoup d'intérêts communs (...), des relations sérieuses dans les sphères économique et politique", a-t-il dit.Le négociateur iranien a précisé qu'il allait rencontrern le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et le secrétaire du Conseil de sécurité russe Igor Ivanov. M. Larijani avait indiqué jeudi qu'il venait à Moscou pour "trouver une solution au dossier nucléaire iranien".M. Lavrov a répété de son côté que la proposition russe d'enrichissement d'uranium sur son territoire pouvait être "tout à fait être utile" pour "contribuer au règlement" du problème iranien.Les six grandes puissances ont de nouveau discuté jeudi d'un projet de résolution prévoyant des sanctions économiques et commerciales contre l'Iran pour son refus de suspendre l'enrichissement d'uranium, sans parvenir à s'entendre. La Russie et les Etats-Unis veulent apporter des amendements, respectivement pour l'édulcorer et pour le renforcer. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.