Un fief du Hezbollah visé - nouveaux tirs de roquettes sur Israël

BEYROUTH - L'aviation israélienne a violemment pilonné Baalbeck, fief du Hezbollah chiite. Celui-ci a riposté en lançant des dizaines de roquettes contre le nord d'Israël, en dépit de nouveaux efforts diplomatiques pour trouver une issue à la crise.La série de raids israéliens sur Baalbeck a tué quatre civils dans cette ville chiite située à 90 km à l'est de Beyrouth. Dans le même temps, les bombardements se sont poursuivis dans le secteur de Tyr, au sud du pays, faisant un tué.Débordé par l'afflux de victimes, un hôpital de Tyr a d'ailleurs commencé à inhumer des dizaines de cadavres dans une fosse commune, pour faire de la place dans sa morgue.Le Hezbollah a de son côté tiré de nouvelles salves de roquettes sur le nord d'Israël, touchant notamment Haïfa, la troisième ville du pays, où 19 civils ont été blessés. Le conflit a fait 339 morts, en majorité des civils, et un millier de blessés au Liban, tandis que 33 Israéliens ont été tués, selon un bilan de l'AFP.Mais les efforts d'apaisement se heurtent à la détermination des belligérants à ne céder sur rien. Tant Israël que le Hezbollah ont ainsi rejeté le plan de règlement présenté jeudi par le secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, qui incluait notamment la libération des soldats israéliens, une conférence internationale et l'envoi d'une force de stabilisation au Liban.L'Etat hébreu a en outre annoncé la mobiliation de plusieurs milliers de réservistes. Selon le site internet d'information YNET, l'armée israélienne pourrait notamment masser trois à quatre divisions à sa frontière avec le Liban d'ici la fin du week-end, ce qui marquerait le prélude à une invasion du Liban-Sud.Le Hezbollah peut pour sa part compter sur l'appui de la rue arabe, comme en témoignent les manifestations organisées dans plusieurs pays, dont l'Irak, l'Egypte, la Jordanie ou le Soudan.De nombreux appels ont été lancés pour sortir de la crise. La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice devait notamment présenter un "plan diplomatique international" qui devrait "s'attaquer à la violence à laquelle nous assistons et aux racines de cette violence".Un peu plus tôt, Mme Rice avait exprimé sa préoccupation face à l'escalade au Proche-Orient et exprimé son espoir de trouver un moyen de "stabiliser" le Proche-Orient. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.