Violences urbaines en France: incidents en baisse

PARIS - Les violences urbaines se sont poursuivies en France pour la 18e nuit consécutive. Les incidents se font toutefois moins nombreux et n'ont pas gagné Paris comme le redoutaient les autorités. 271 voitures ont été brûlées et 112 personnes arrêtées. La nuit de dimanche à lundi semblait confirmer un reflux progressif des violences. Le nombre de voitures brûlées était à 04h00 de 271 contre 315 la veille à la même heure, selon le bilan provisoire de la direction de la police nationale. Cent-douze personnes avaient été interpellées contre 161 dimanche à 04h00. Bien que globalement en baisse, les troubles ont continué à toucher des dizaines de communes, quatre jours après l'instauration de l'état d'urgence et la mise en oeuvre de couvre-feux. A Lyon, où tous les rassemblements susceptibles de troubler l'ordre public ont été interdits dimanche, quinze voitures ont été incendiées dans la nuit. Dans cette ville, une école maternelle a été incendiée et une autre école attaquée à la voiture bélier. D'autres incidents ont été enregistrés notamment à Toulouse (sud-ouest) ou Strasbourg (est). La soirée de dimanche a également été marquée par une baisse des véhicules incendiés dans l'est en Alsace et en Lorraine. En revanche, à l'exception de l'incendie vite maîtrisé d'une station service, aucun incident n'a été signalé dans Paris intra-muros où tous les rassemblement avaient été interdits jusqu'à dimanche matin. La police, sur le pied de guerre, y avait mobilisé quelque 3000 hommes. Si les incidents se font moins nombreux, cinq policiers ont néanmoins été blessés lors de cette 18e nuit de violences urbaines, dont deux par l'explosion d'une recharge de gaz dans une poubelle en feu qui ont été placés en observation dans un hôpital de Grenoble (Alpes française), contre deux lors de la nuit précédente. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.