Violences urbaines en France: près de 900 véhicules incendiés

PARIS - Les violences urbaines en France ont pris de l'ampleur la nuit dernière, la 9e de suite, s'étendant des banlieues de Paris à plusieurs cités du pays. 897 véhicules ont été brûlés ainsi que des édifices publics et commerces. La police a arrêté 253 personnes. Sur les 897 véhicules détruits, 656 l'ont été en région parisienne, contre 519 la veille dans cette zone. Le phénomène est en baisse dans les départements les plus touchés jusqu'à présent, avec notamment une diminution notable en Seine-Saint-Denis (132 contre 205), d'où les émeutes sont parties. En revanche, le bilan s'est alourdi dans des endroits jusqu'alors plus épargnés dans d'autres départements proche de Paris. Dans la capitale, 13 véhicules ont été détruits. Apparue la veille, la propagation à la province s'est confirmée, avec 241 véhicules brûlés contre 77. "Sur l'ensemble du territoire, cela reste modéré, même si cela est inquiétant", a toutefois assuré un responsable policier. Les départements les plus touchés sont le Nord, le Bas-Rhin (est), le Loiret (centre), et l'Ille-et-Vilaine (ouest), peu habitué aux violences urbaines. Le bilan des interpellations a fortement augmenté. La police a arrêté 253 personnes, dont 233 en en région parisienne, contre 78 la veille. Ces violences urbaines sont les plus importantes enregistrées en France ces dernières années. Quelque 750 "zones urbaines sensibles" existent en France, souvent touchées par un fort taux de chômage, la pauvreté et un sentiment d'exclusion de jeunes Français d'origine immigrée. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.