Winston Churchill voulait exécuter sommairement Hitler

LONDRES - Le premier ministre britannique Winston Churchill envisageait d'exécuter Adolf Hitler sans procès, sur la chaise électrique. Selon lui, un procès aurait été "une farce" apportant de nombreuses "complications". "Si Hitler nous tombe entre les mains, il est clair que nous le mettrons à mort. Cet homme est le moteur du Mal. Il faut exécuter les principaux criminels comme des délinquants de droit commun", a déclaré le Premier ministre britannique en décembre 1942, alors que le sort du Führer était évoqué lors d'une réunion du cabinet de guerre. Selon des documents d'archives rendus publics dimanche, le chef du gouvernement britannique estimait "qu'un procès serait une farce". "Toutes sortes de complications apparaissent dès que vous admettez un procès équitable", ajoutait-il, estimant toutefois qu'il fallait trouver un accord sur ce point avec les Alliés. Il faut "exécuter les principaux criminels comme des hors la loi, si aucun Allié ne les veut", dit-il encore. Il est toutefois rapidement apparus que les Américains, comme les Soviétiques veulent que les dirigeants nazis soient jugés. La pendaison était le moyen utilisé en Grande-Bretagne pour la peine capitale. Mais Churchill semblait préférer la chaise électrique, envisageant même, peut-être avec ironie, d'en importer une des Etats-Unis dans le cadre du Lease Lend, l'accord par lequel les Américains livraient des armes aux Britanniques. Ces informations proviennent de notes prises par le secrétaire du cabinet de guerre, Norman Brook, et mises à disposition du public après le délai légal de 60 ans. Ces documents conservés aux archives de Kew, dans l'ouest de Londres, peuvent être consultés sur le site www.nationalarchives.gov.uk. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.