Cour suprême: Zelaya pourra rentrer si le Congrès l'amnistie

Manuel Zelaya, le président du Honduras destitué et exilé le 28 juin, sera autorisé à rentrer dans son pays si le Congrès national l'amnistie, a annoncé la Cour suprême de justice. Dans le même temps, M. Zelaya cherchait à Washington un soutien plus manifeste des Etats-Unis.En cas d'amnistie, M. Zelaya ne serait plus poursuivi pour les chefs d'accusation "politiques", comme la haute trahison, même s'il le resterait pour d'autres délits, a poursuivi un porte-parole de la Cour suprême de justice. M. Zelaya est également accusé de corruption. Pour l'instant, les autorités politiques et judiciaires en place au Honduras menacent M. Zelaya d'arrestation immédiate en cas de retour au pays. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.