1er Mai: salaires en cause, heurts à Zurich, Leuenberger interrompu

BERNE - Des milliers de personnes ont manifesté en Suisse à l'occasion du 1er Mai. De meilleurs salaires ont été exigés notamment pour les femmes. Des heurts entre autonomistes de gauche et police ont fait des blessés à Zurich. Des vitrines ont été brisées.Quelque 200 manifestants masqués ont ensuite mis fin au discours de Moritz Leuenberger. Le président de la Confédération a renoncé à reprendre la parole après le jet de pétards et de gravier sur le public.La fête du travail a mobilisé 5000 personnes dans le cité de la Limmat. Lors d'un défilé non autorisé de 600 personnes, des manifestants masqués ont lancé des pierres, pétards et bouteilles sur des policiers. Ceux-ci ont riposté avec du gaz lacrymogène, des jets d'eau et des balles en caoutchouc. Une filiale de la Banque cantonale de Zurich et un magasin de mode ont été endommagés.Vice-présidente de l'Union syndicale suisse (USS), Doris Schüepp a rappelé qu'après 25 ans d'égalité inscrite dans la Constitution, les femmes gagnent toujours 20% de moins que les hommes. L'USS exige la transparence sur les salaires versés aux deux sexes."Soustrait aux capitalistes" il y a deux semaines par un groupuscule de gauche, le "Böögg" a par ailleurs fait sa réapparition. Le bonhomme hiver du Sechseläuten zurichois a été dressé sur une place par des hommes masqués.A Delémont, lors d'une fête du travail interjurassienne, 250 personnes ont entendu la conseillère nationale Marianne Huguenin (POP/VD) louer la "lutte exemplaire" des ouvriers de l'usine Swissmetal Boillat à Reconvilier (BE).A Genève, plus de 1000 personnes ont défilé dans le calme. La manifestation du bout du Léman avait pour thème principal les votations en septembre sur l'asile et les étrangers.Des défilés ont aussi été organisés sans incident dans diverses villes alémaniques. Christian Levrat, vice-président de l'USS s'est exprimé à Berne devant 1800 personnes. "L'économie est malade, malade de sa cupidité", a-t-il déclaré.A Bâle, où 2000 personnes se sont mobilisées, la conseillère nationale Susanne Leutenegger Oberholzer (PS/BL) a dénoncé les salaires excessifs de certains patrons de l'économie et de la finance.Le président du PS Hans-Jürg Fehr s'était déplacé à Bülach (ZH), puis à Bienne (BE), où 250 à 300 personnes l'ont écouté: "Ce qui s'est passé dans ce pays, c'est une vaste redistribution des richesses matérielles du bas vers le haut". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.