5e révision de l'AI: le Conseil des Etats entre en matière

BERNE - Les rentes invalidités doivent être versées de façon plus restrictive et la réinsertion privilégiée. Le Conseil des Etats a adhéré à cette ligne en entrant en matière tacitement sur la 5e révision de l'AI.La réforme, placée sous le précepte "la réinsertion avant la rente", vise à réduire le nombre de nouveaux rentiers de 30% par rapport à 2003 grâce à un dispositif de détection et d'intervention précoces. L'objectif est d'éviter qu'une personne en incapacité de travail devienne invalide et doive quitter son emploi.Les grandes lignes du projet ont été saluées par les sénateurs. Sans remettre en question l'assurance invalidité en soi, les orateurs ont jugé urgent d'agir vu l'augmentation des rentiers, notamment dans le domaine des maladies psychiques, et la dégradation de la situation financière de l'AI. Son trou se creuse de 4 millions de francs par jour, le déficit annuel se monte à 1,5 milliard.Avant de s'attaquer à l'aspect financier, via une hausse des cotisations et de la TVA, il faut d'abord intervenir sur le système et les modalités d'octroi des prestations, a estimé la majorité. Il ne s'agit pas prioritairement de combattre les abus, mais d'améliorer la coordination et l'efficacité des instruments disponibles, a souligné la présidente de la commission préparatoire Erika Forster (PRD/SG).Bien qu'ils partagent cette analyse pour l'essentiel et aient approuvé l'entrée en matière, les socialistes se sont montrés les plus réservés par rapport à la mouture en discussion. "Il est juste de demander aux assurés de faire des efforts, mais cela restera insuffisant si on n'exige pas un engagement accru des employeurs", a averti Anita Fetz. La Bâloise s'est toutefois gardée de réclamer l'introduction de quotas.Gisèle Ory (PS/NE) a carrément parlé d'"exercice-alibi". Les mesures d'économies prévues coûteront très chères aux personnes concernées tout en ne permettant pas de sortir l'AI des chiffres rouges, a-t-elle déploré."Si on réussit cette réforme, on aura franchi une étape importante", a fait valoir pour sa part le conseiller fédéral Pascal Couchepin. Il a battu en brèche les critiques, affirmant notamment que la Suisse est le pays de l'OCDE possédant le meilleur taux d'intégration professionnelle des invalides. Quant à la diminution des rentes ambitionnée, elle ne signifiera pas un report de charges sur l'aide sociale, selon lui. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.