Affaire Masoni: commission de conciliation mise sur pied

SANT-ANTONINO - Le Parti radical tessinois va mettre sur pied une commission de conciliation dans l'affaire Marina Masoni. Cet organe de cinq personnes doit permettre de rétablir le climat de confiance entre la conseillère d'Etat et les quatre autres membres du gouvernement tessinois.Le but est d'éviter une scission au sein du parti, a expliqué mercredi soir son président Giovanni Merlini lors d'une réunion du PRD cantonal à Sant-Antonino (TI).La majorité des 300 personnes présentes a salué cette décision. Le conseiller aux Etats Dick Marty a demandé à cet organe de "prendre une décision claire, que les citoyens comprendront". Autrement, le parti risque un désastre aux élections cantonales d'avril 2007.Le Conseil d'Etat tessinois a retiré la semaine dernière la responsabilité du fisc à la directrice des finances Marina Masoni et l'a remise au directeur de l'éducation, le radical Gabriele Gendotti."Suite à cette décision, je me suis fait des nouveaux ennemis dans le parti", a expliqué M.Gendotti. Mais cette mesure était "nécessaire pour rétablir la crédibilité du fisc", a-t-il estimé.Selon lui, le gouvernement envisageait aussi une rocade des départements. Mais les radicaux auraient ainsi perdu soit le département des finances, soit celui de l'éducation, ce que M.Gendotti voulait éviter.Plus tôt dans la journée, le parti radical tessinois avait annoncé qu'il souhaitait trouver une solution de consensus à l'affaire Masoni. Les députés PRD au Grand Conseil ne se sont pas mis dans le camp du gouvernement, pas plus qu'ils n'ont apporté leur soutien explicite à la conseillère d'Etat.D'un côté, les 30 parlementaires cantonaux radicaux soutiennent les efforts du Conseil d'Etat pour rétablir la crédibilité du fisc tessinois. De l'autre, ils soulignent qu'aucun élément ne charge Mme Masoni. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.