Allocations familiales: le National veut 200 francs au minimum

BERNE - Contre l'avis du Conseil des Etats, le National a maintenu l'allocation mensuelle d'au moins 200 francs par enfant. Pascal Couchepin a plaidé en vain pour la solution de la Chambre Haute qui a refusé d'imposer un montant minimum aux cantons. Par 97 voix contre 86, la Chambre du peuple s'est à nouveau prononcée pour une allocation mensuelle d'au moins 200 francs pour les enfants jusqu'à 16 ans et de 250 francs pour les jeunes en formation jusqu'à 25 ans. Ce modèle d'harmonisation devrait servir de contre-projet à l'initiative populaire de Travail.Suisse, qui exige une allocation de 450 francs par mois et par enfant dans tout le pays. Selon les cantons, les allocations oscillent aujourd'hui entre 150 et plus de 400 francs par mois. Or dans une Suisse moderne qui plaide la mobilité, il n'est pas normal que les travailleurs doivent jongler avec des montants aussi variables s'ils se déplacent d'un canton à l'autre, a souligné Hugo Fasel (PCS/FR), par ailleurs président de Travail.Suisse. Socialistes et démocrates-chrétiens ont également souligné la nécessité d'une politique familiale plus incisive. L'Autriche et l'Irlande sont, par exemple, plus avancés que la Suisse dans ce domaine car elles ont compris que les enfants sont l'avenir économique du pays, a ainsi relevé Thérèse Meyer (PDC/FR) au nom de la commission. La droite, avec le soutien du conseiller fédéral Pascal Couchepin, a plaidé en vain pour le concept du Conseil des Etats qui a refusé en septembre d'imposer un montant minimum aux cantons. Pour des raisons financières et d'autonomie cantonale, cette chambre a choisi de réduire le projet à une simple harmonisation formelle et administrative. Les débats se poursuivent. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.