Christophe Blocher confirme qu'il va réviser la norme antiraciste

BERNE - Christoph Blocher a expliqué et défendu les propos qu'il a tenus en Turquie sur la norme pénale antiraciste. Il a confirmé qu'il voulait réviser l'article 261bis du Code pénal.Le ministre de la justice a constaté qu'il existait "une contradiction entre le principe de la liberté d'expression et la norme pénale antiraciste", selon un communiqué du Département fédéral de justice et police. M. Blocher confirme donc son intention de "vouloir supprimer cette contradiction par une révision de l'article 261bis du Code pénal".Le conseiller fédéral considère comme "irritant qu'en raison d'une norme pénale, l'opinion d'un professeur turc posant un jugement sur des événements historiques déclenche des poursuites pénales".Le ministre de la justice a par ailleurs tiré un bilan positif de son voyage en Turquie. Ainsi, son homologue Cemil Cicek lui a donné "l'assurance que la Turquie était prête à mettre en place une commission composée d'historiens de différents pays qui auraient libre accès aux archives de Turquie et d'Arménie, et que la Turquie accepterait les résultats des investigations".Concernant les organisations turques "extrémistes", M. Blocher a refusé la demande de la Turquie de les interdire en Suisse. Il a parallèlement assuré que les demandes d'extradition de ressortissants turcs seraient "examinées suite aux garanties écrites données par la Turquie". Le ministre turc de la justice, Cemil Cicek, a accepté l'invitation de M. Blocher de se rendre en Suisse.En matinée, le Conseil national n'avait pas voulu permettre aux groupes parlementaires de faire des courtes déclarations au sujet des propos de M. Blocher. Il a rejeté par 88 voix contre 67 une motion d'ordre de Josef Zisyadis (POP/VD) en ce sens. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.