Délégués du PRD: lois sur l'asile et les étrangers soutenues

BERNE - Réunis à Berthoud, les délégués du PRD ont recommandé de voter "oui" aux révisions des lois sur l'asile et les étrangers, si les référendums de la gauche aboutissent. Par 191 voix contre 2 et 15 abstentions, ils ont soutenu la loi sur les étrangers.Celle sur l'asile a obtenu 187 suffrages contre 6. Quinze délégués se sont abstenus. Les représentants du PRD aux Chambres fédérales avaient déjà largement soutenu ces deux textes. Le concept général du parti sur les migrations a pour sa part été approuvé à l'unanimité. Se référant aux deux lois, il propose une politique dite des "quatre piliers".Les deux premiers correspondent à la loi sur les étrangers: libre circulation pour les personnes issues de l'Union européenne et immigration limitée et axée selon les qualifications professionnelles pour celles en provenance d'autres pays, a expliqué le président du parti Fulvio Pelli.Le troisième pilier reprend la loi révisée sur l'asile. Celle-ci n'est pas plus dure, mais elle permet d'améliorer l'exécution de ses dispositions, a de son côté relevé le conseiller national Philippe Müller (AG). Il s'agit surtout de lutter contre les abus en matière d'asile.Enfin, le quatrième pilier consiste à renforcer l'engagement suisse dans les pays d'où sont issus les migrants. M. Pelli a cité l'aide au développement, des mesures de politique économique extérieure et le soutien militaire de paix.Les référendums contre les lois sur les étrangers et sur l'asile n'ont pas encore abouti formellement puisque la gauche a encore jusqu'au 6 avril pour recueillir les 50'000 signatures nécessaires.La loi sur les étrangers maintient des conditions d'admission plus sévères pour les personnes n'appartenant pas à l'Union européenne ou l'AELE. Quant à la loi sur l'asile, elle supprime l'aide sociale pour les requérants d'asile déboutés, les mettant sur le même pied que ceux pour lesquels la demande d'entrée en matière a été rejetée. La limitation de l'aide d'urgence et la prolongation de la détention à des fins d'expulsion constituent d'autres renforcements de la loi.Les présidents cantonaux du Parti radical avaient auparavant approuvé la privatisation de Swisscom. Sans attaches fédérales, Swisscom pourra être une entreprise prospère et active à l'étranger, ont-ils estimé. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.