Doris Leuthard s'engage en faveur du milliard de cohésion

LAUSANNE - Doris Leuthard a plaidé à Lausanne en faveur de la contribution d'un milliard de francs à la cohésion de l'Union européenne. Ces versements seront un bon investissement pour la Suisse et serviront ses intérêts, a souligné la conseillère fédérale.Invitée par la section vaudoise du Parti démocrate-chrétien, Doris Leuthard a insisté sur l'enjeu économique de la votation du 26 novembre. Le soutien à l'Europe orientale "va dans le droit fil de nos intérêts", il crée des débouchés "pour notre économie et des emplois dans notre pays", peut-on lire dans son discours.La cheffe du Département fédéral de l'économie (DFE) a affirmé que la Suisse gagnait un franc sur trois grâce à ses relations avec l'UE. Le financement des infrastructures dans le cadre de la coopération avec les pays de l'Est a rapporté depuis 1990 quelque 780 millions de francs à la place économique helvétique.L'amélioration du niveau de vie des nouveaux membres de l'UE les transforme en clients "de plus en plus intéressants". Les relations commerciales que la Suisse entretient avec eux connaissent une croissance annuelle de 10%, a relevé Doris Leuthard en soulignant que cela entraînait la création d'emplois en Suisse.Outre ces arguments économiques, la conseillère fédérale a rappelé l'aide déjà fournie depuis la fin de la Guerre froide, soit plus de mille projets dans l'Europe orientale. Pourtant, malgré cela, le changement de système politique n'est "pas achevé" et les nouvelles structures restent "instables".Il faut donc persévérer dans ce soutien que Berne gérera de manière autonome. Cela permettra de diminuer "la pression migratoire" qui s'exerce sur l'Europe occidentale. Les risques liés à la criminalité transfrontalière ou à la pollution de l'environnement seront également endigués.Ce milliard sera financé sans nouveaux impôts, a encore martelé Doris Leuthard. L'argent proviendra notamment de l'accord avec l'UE sur la fiscalité de l'épargne. En cas de "non" le 26 novembre, la ministre a mis en garde contre des "conséquences dommageables". La Suisse serait accusée de vouloir le beurre et l'argent du beurre. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.