Etude sur la formation des majorités au Conseil national

BERNE - Malgré la nette tendance à la polarisation constatée ces dernières années, la formation de majorités et de coalitions au Conseil national demeure garante d'équilibre et d'un bon partage du pouvoir. C'est la conclusion d'une étude présentée à Berne.Les changements qui peuvent intervenir dans la composition du Parlement ou du gouvernement ne provoquent ni adaptation abrupte du mode de formation des majorités parlementaires, ni situation de blocage, selon l'étude réalisée par l'Institut des sciences politiques de l'Université de Berne à la demande des Services du Parlement. Elle porte sur la période 1996-2005.La cas de l'UDC en fournit une bonne illustration. Le succès du groupe démocrate du centre n'a en effet pas été dopé par sa progression marquée enregistrée durant cette période, étalée sur trois législatures. Au contraire, l'attitude peu encline au compromis de l'UDC a contribué à l'effritement du camp bourgeois.Les malheurs des uns ne font toutefois pas le bonheur des autres, relèvent les auteurs de l'étude scientifique: en raison de sa propre attitude peu conciliante, le camp rose-vert n'est guère parvenu à profiter de la situation au détriment du centre politique.On constate que les élections fédérales de 2003 n'ont ni débouché sur un "virage à droite", ni incité le PDC et le PRD à se rapprocher du camp rose-vert. Aujourd'hui, la formation des majorités au National est plus hétérogène et plus flexible que jamais, et elle n'entraîne aucun blocage du processus législatif, conclut l'étude.Selon ses auteurs, les médias se trompent de "cible" lorsqu'ils focalisent leur attention sur la composition du Conseil féréral. C'est en effet le mode de formation des majorités au Parlement qui devrait occuper le devant de la scène. La souplesse qui permet de former des coalitions, objet par objet, est un élément clé de la séparation des pouvoirs.Le fonctionnement du Parlement est un élément crucial de notre démocratie de négociation, note l'étude. L'indépendance des institutions parlementaires suisses par rapport au gouvernement et à l'administration est un élément institutionnel important du régime de séparation des pouvoirs et, partant, de la concordance. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.