"Explosion" de la dette publique suisse: la vigilance reste de mise

BERNE - La dette publique suisse a atteint au total 239 milliards en 2004, soit un endettement moyen par habitant de 32'000 francs. Malgré l'amélioration, les réformes restent incontournables, surtout en matière de sécurité sociale, selon le Conseil fédéral.En réponse à trois postulats, le gouvernement a dressé un état de la situation financière de la Confédération, des cantons et des communes. Conclusion de son rapport: une stratégie intégrant les engagements actuels et futurs ainsi que la mise en oeuvre de réformes s'impose pour rétablir durablement l'équilibre des finances publiques et obtenir la marge de manoeuvre nécessaire.Augmentant de manière "fulgurante", le taux d'endettement brut de l'ensemble des collectivités publiques a passé de près de 30% du produit intérieur brut (PIB) en 1990 à 53,5% en 2004. Le paiement des intérêts engloutit chaque année 7 milliards de francs, soit près de 7% des recettes fiscales. Le tableau est identique s'agissant de l'endettement net.Durant cette phase, la dette fédérale a progressé plus fortement que les autres, avoisinant à elle seule les 130 milliards de francs (+88 milliards entre 1990 et 2004). Cette "explosion" s'explique en premier lieu par les déficits du compte financier.Autre facteur pénalisant, la reprise d'anciennes charges, notamment l'assainissement des CFF et le découvert des caisses de pensions de la Confédération, de La Poste et des CFF.En comparaison internationale, le niveau d'endettement reste relativement bas en Suisse. Mais il a crû beaucoup plus vite au cours des quatorze dernières années que dans d'autres Etats.Ces résultats confortent une fois encore le Conseil fédéral dans l'idée que la vigilance reste de mise. Certes, les comptes consolidés des collectivités publiques, assurances sociales comprises, s'annoncent pratiquement équilibrés pour 2009. Cette amélioration est liée avant tout à la reprise conjoncturelle, avec à la clé une hausse des recettes, et aux mesures d'économies prises.Parmi les refontes nécessaires figurent le réexamen des tâches de la Confédération, la réforme de l'administration et celle de la fiscalité, ainsi que les révisions de l'AI et de l'AVS. Et le gouvernement de répéter que d'autres dépenses sont encore attendues ces prochaines années.A l'avenir, des rapports sur l'évolution de l'endettement devraient être publiés à intervalles réguliers. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.