Grippe aviaire: Couchepin inquiet de notre dépendance de l'étranger

BERN - La Suisse est dépendante de l'étranger pour l'approvisionnement en vaccins en cas de pandémie virale de grippe aviaire. Ce constat inquiète le ministre de la santé Pascal Couchepin, comme il l'a dit dans une interview à la "Neue Zürcher Zeitung".L'entreprise Berna Biotech, le seul fabricant suisse de vaccins, n'a plus qu'une partie de sa production en Suisse. Et il existe d'"importants doutes" quant à la capacité de Berna Biotech d'assurer la production d'un vaccin contre une pandémie, explique Pascal Couchepin.L'importation d'un vaccin pose aussi un problème: en cas de pandémie, chaque pays assurerait d'abord l'approvisionnement de sa population. Le danger est que les pays producteurs pourraient interdire l'exportation du vaccin, avait déjà relevé M. Couchepin en décembre.La dépendance vis-à-vis de l'étranger est "source d'inquiétude" pour le ministre de la santé, a-t-il dit dans l'interview. Malgré cela, la mise en place d'une industrie nationale soutenue par l'Etat n'entre toutefois pas en ligne de compte pour le conseiller fédéral.Mettre en place toute une industrie pour un vaccin dont on ne sait même pas si on en aura besoin serait "insensé", fait-il observer.C'est pourquoi la Suisse négocie actuellement avec des fabricants de vaccins. Il sera envisageable d'investir dans une entreprise et de réserver ainsi une ligne de production pour la Suisse, explique Pascal Couchepin. La Suisse mène des discussions en ce sens avec différentes entreprises.Le ministre de la santé s'exprime aussi sur d'autres éléments de précaution en vue d'une éventuelle pandémie. En raison de la surcharge des hôpitaux, les hôpitaux de l'armée et les locaux de la protection civile seraient utilisés, selon M. Couchepin. "En cas de nécessité, on devrait aussi mettre sur pied des hôpitaux de campagne".Quant au médicaments Tamiflu, outre aux malades, il serait aussi remis aux personnes qui sont en contact avec les patients ainsi qu'aux enfants, aux personnes âgées et aux gens qui livrent des services importants à la société.Le ministre de la santé appelle à garder son calme. Il souligne qu'au stade actuel, la grippe aviaire est une épizootie, avec peu de cas en Suisse. Une situation comme celle qui s'est produite sur l'île allemande de Rügen ne surviendra pas en Suisse, a-t-il ajouté. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.