H5N1: l'UE recommande d'enfermer les chats dans les zones touchées

BRUXELLES - Les experts de l'UE ont recommandé "par précaution" d'enfermer les chats et de garder les chiens en laisse dans les zones touchées par le virus H5N1. Ils se sont toutefois montrés rassurants quant aux risques de transmission pour l'homme.Dans une déclaration publiée par la Commission européenne, les experts vétérinaires ont estimé que dans les zones où le H5N1 a été confirmé sur des oiseaux sauvages, "les contacts entre des carnivores domestiques, particulièrement les chats, et les oiseaux sauvages devraient être empêchés"."C'est-à-dire que les chats devraient être gardés à l'intérieur et que les chiens devraient être gardés en laisse ou bridés d'une autre façon et gardés sous la responsabilité du propriétaire", ont-ils précisé. Les experts ont également recommandé que les chats et chiens retrouvés morts dans ces zones soient signalés aux autorités vétérinaires.L'Allemagne a ordonné mercredi que les chats soient confinés et les chiens tenus en laisse dans les zones de protection autour des foyers de grippe aviaire, après la découverte d'un chat mort porteur du H5N1, la forme hautement pathogène du virus de la grippe aviaire, sur l'île de Rügen, dans le nord-est du pays.Les experts de l'UE ont toutefois estimé que la découverte du virus chez un chat n'augmentait pas le risque de transmission à l'homme. "L'état actuel des connaissances suggère que la maladie chez des carnivores comme les chats est un 'cul-de-sac' de l'infection, qui ne conduit pas à une augmentation du risque posé par le virus à la santé animale ou humaine", ont-ils indiqué."Les connaissances actuelles indiquent qu'aucun humain n'a été contaminé par le H5N1 par des animaux autres que de la volaille", ont-ils ajouté.Rappelant que des félins avaient déjà été contaminés par la grippe aviaire en Asie, ils ont souligné qu'on ne pouvait pas "exclure la possibilité d'une contamination du H5N1 à d'autres carnivores, comme les chiens".Mercredi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait considéré comme minime le risque de transmission du H5N1 du chat à l'homme. L'agence de l'ONU n'a toutefois pas exclu cette possibilité dans l'état actuel des connaissances. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.