Impôts dégressifs d'Obwald bannis: les réactions sont contrastées

LAUSANNE - A droite, le PRD condamne l'"interventionisme" du Tribunal fédéral dans la politique fiscale des cantons, après la mise hors-la-loi des impôts dégressifs obwaldiens. A gauche, les Verts affichent leur satisfaction et le PS veut aller plus loin.La décision du Tribunal fédéral (TF) contre ces impôts réjouit également Josef Zisyadis. "Cela met un frein au cannibalisme fiscal entre les cantons", a dit le conseiller national vaudois à l'issue de l'audience."Cette décision est aussi extrêmement importante face à l'Union européenne. Elle montre à l'Europe qu'on fait le ménage nous-mêmes", a poursuivi l'élu popiste, particulièrement satisfait de la netteté de la décision.Josef Zisyadis avait déplacé provisoirement son domicile à Obwald pour s'opposer à l'impôt dégressif. "Je m'attendais à ce que mon recours soit écarté", a-t-il expliqué.Egalement présent à l'audience, le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis s'est déclaré très satisfait de la décision du TF. "C'est une très bonne journée pour le fédéralisme. Les principes de la Constitution suisse ont été réaffirmés", a commenté le grand argentier.La décision du Tribunal fédéral ne constitue pas un désaveu de la concurrence fiscale, estime quant à lui Hans-Rudolf Merz. Cette dernière est un atout pour la Suisse, selon le conseiller fédéral.Le chef du Département fédéral des finances (DFF) comptait parmi les partisans des impôts dégressifs. "Je considère le nouveau système fiscal du canton d'Obwald comme compatible avec la constitution et je le soutiens", avait-il par exemple déclaré en septembre dans une interview à la "Handelszeitung". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.