Journée de la femme: les femmes politiques pour une vraie égalité

GENèVE - La Journée de la femme a donné lieu à plusieurs discours autour de l'égalité. Alors que Micheline Calmy-Rey a appelé les hommes à s'occuper davantage des tâches ménagères, des politiciennes ont exhorté les femmes à "agir au lieu de gémir".Dans son message radio-télévisé, la présidente de la Confédération a lancé un appel à tous les hommes dont la compagne travaille. Si vous estimez prendre toute votre part dans les tâches familiales, vous devriez en parler avec votre partenaire, a dit Mme Calmy-Rey, "car elle aura peut-être un autre avis sur la question".La conseillère fédérale a aussi mis l'accent sur l'écart entre le droit et la réalité. "Pour un travail égal ou de valeur égale, les différences salariales entre hommes et femmes sont de l'ordre de 12% en Suisse", a-t-elle illustré. Elle a aussi pointé du doigt la sous-représentation féminine dans les postes à responsabilité ou dans les chaires d'université.Pour Mme Calmy-Rey, les femmes connaissent de grandes difficultés à concilier vie familiale et vie professionnelle. Il faut donc éliminer les entraves à une pleine participation des femmes, à tous les niveaux.La difficulté de concilier vie familiale et vie professionnelle et l'absence de places de crèche ont aussi été le sujet du discours de Doris Leuthard. Lors d'un podium organisé dans la salle du Conseil national après sa séance, la ministre de l'économie a appelé les femmes à s'engager pour améliorer cette situation.Plus tôt le matin, des politiciennes de tout bord ont aussi exhorté les femmes à "élire et voter au lieu de gémir". "Il ne suffit pas de pointer du doigt les hommes et d'attendre d'eux qu'ils changent les choses. Les femmes doivent aussi se mobiliser", a dit Ursula Wyss (PS/BE), accompagnée de Christa Markwalder (PRD/BE), Jasmin Hutter (UDC/SG) et Brigitte Häberli (PDC/TG).La seule note discordante est venue des femmes UDC. Pour elles, "être une femme n'est pas un programme". Les mères qui décident de réduire leur activité professionnelle pour s'occuper de leur famille savent "que c'est une chance unique d'élever un enfant. Elles ne délèguent pas leur devoir à l'Etat", ont-elles rapporté. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.