La Commission fédérale sur les drogues a dix ans

BERNE - La Commission fédérale pour les questions liées aux drogues a 10 ans. En une décade, elle a marqué de son empreinte la politique suisse en matière de stupéfiants. A l'exception de la dépénalisation du cannabis, qu'elle avait ardemment défendue.A l'origine, c'est la CFLD qui a mis sur la table le thème de la prescription d'héroïne aux personnes toxicodépendantes, rappelle son président François van der Linde. L'idée a d'abord rencontré de fortes opposition et les cantons ne l'ont pas toujours mise en oeuvre avec un enthousiasme débordant, se souvient-il.La CFLD n'a pas de pouvoir décisionnel. La commission, qui a débuté ses travaux le 12 février 1997, a pour mission de donner des avis au Conseil fédéral et au Département fédéral de l'intérieur. Elle ne s'est pas pour autant bornée à jouer les figurantes.Le médecin st-gallois, qui préside la commission depuis ses débuts, tire toutefois un bilan positif de son activité. Sur le terrain politique, la CFLD a aussi pris position lorsque des initiatives populaires étaient soumises au peuple.En 1997, elle s'est prononcée contre l'initiative répressive de l'UDC "Pour une jeunesse sans drogue". L'année suivante, elle a rejeté Droleg ("Pour une politique raisonnable en matière de drogue"), estimant que le texte prônait une libéralisation trop rapide.Depuis la parution de son rapport sur le cannabis, en 1999, la CFLD s'est engagée pour la dépénalisation de cette substance. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.