La guerre au Liban est un conflit entre deux Etats, selon le CICR

BERNE - La guerre entre Israël et le Liban est un conflit armé entre deux Etats du point de vue du droit international humanitaire. C'est ce qu'affirme le président du CICR Jakob Kellenberger dans une lettre ouverte publiée dans la "NZZ am Sonntag".Il justifie ses propos par les actions de l'armée israélienne au Liban menées sans le consentement du gouvernement libanais et par les blocus aériens et maritimes. Il est vrai que les combats ont lieu entre Israël et le Hezbollah, reconnaît M. Kellenberger. Mais même dans ce cas, les règles du droit international humanitaire s'appliquent.Pour rappel, Israël a lancé son opération contre le sud du Liban à la suite de l'enlèvement de deux soldats israéliens par le Hezbollah et en réaction aux tirs de roquettes par la milice chiite contre le territoire de l'Etat hébreu.Selon son président, le CICR a rappelé avec fermeté aux parties en conflit les règles les plus importantes du droit international humanitaire, en particulier l'obligation de ne pas attaquer les populations civiles. Il a aussi exigé dès le début le respect de la proportionnalité dans l'utilisation de la violence militaire.La population civile libanaise souffre en premier lieu avec beaucoup de morts et de blessés ainsi que la destruction des infrastructures, écrit M. Kellenberger. Mais la population civile du nord d'Israël souffre aussi, même si le nombre des victimes et la gravité des destructions ne peuvent être comparés avec ceux du Liban.Le Liban constitue après le Soudan le deuxième lieu d'intervention d'importance du Comité International de la Croix- Rouge (CICR) cette année. L'organisation humanitaire s'attend à y dépenser environ 100 millions de francs, dont 5 seront donnés par la Suisse sur décision la semaine dernière du Conseil fédéral.La conduite des opérations d'aide s'avère compliquée en raison des attaques continuelles, note M. Kellenberger. Mais compte tenu des besoins humanitaires urgents, l'élargissement de la capacité d'action du CICR est une nécessité, souligne-t-il.L'objectif de l'organisation pour les prochains mois au Liban est d'approvisionner en nourriture et biens courants 200'000 personnes, d'assurer l'accès à l'eau potable pour 1,2 million de gens et de soutenir les équipements médicaux pour 650'000. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.