Le Conseil des Etats enterre la privatisation de Swisscom

BERNE - La privatisation de Swisscom n'est pas pour demain. Comme le National, le Conseil des Etats a refusé d'entrer en matière. La cession de la participation de l'Etat dans l'opérateur téléphonique a été enterrée par 23 voix contre 21.Seuls les UDC et les radicaux ont défendu l'option d'un renvoi du projet au Conseil fédéral, comme le proposait une courte majorité de la commission préparatoire. Cette manoeuvre aurait permis au gouvernement de se pencher à nouveau sur l'"opportunité" d'une privatisation et d'envisager d'autres solutions, comme le maintien de 51 ou 33% des actions (contre 62,45% aujourd'hui).Refusant cet "emplâtre sur une jambe de bois", socialistes et démocrates-chrétiens ont fait pencher la balance en faveur du torpillage du projet, comme déjà en mai à la Chambre du peuple. Mais leur alliance repose sur des opinions de fond divergentes. Alors que la gauche ne veut pas d'une privatisation de l'ex-régie, le PDC semble prêt à certaines concessions.La non-entrée en matière ne signifie pas une mise aux oubliettes définitive de la privatisation de Swisscom, a souligné ainsi Rolf Escher (PDC/VS). Mais un renvoi ne suffira pas pour rafistoler le projet précipité et lacunaire du Conseil fédéral.Son collègue valaisan Simon Epiney s'est quant à lui interrogé sur la nécessité de changer un système profitable, Swisscom ayant une rentabilité de 7% par an, et sur le risque de devenir otage d'un groupe étranger.Une privatisation sans assurances concernant le service public pourrait remettre en cause la desserte des régions périphériques, a fait valoir Ernst Leuenberger (PS/SO). D'ailleurs, la plupart des cantons s'y sont opposés lors de la consultation. Le peuple non plus ne l'accepterait jamais en cas de référendum, a mis en garde le socialiste.Autre argument contre le renvoi, il faut mettre fin à l'incertitude qui frappe le géant bleu concernant son avenir. Plusieurs orateurs ont d'ailleurs rappelé que Swisscom a déjà frisé le crash boursier en raison des déclarations contradictoires de certains conseillers fédéraux en novembre dernier.Mais le refus d'entrer en matière ne résout pas les problèmes. Il s'agit de régler le conflit d'intérêts que cause la quadruple casquette portée par la Confédération, qui fait office de régulatrice du marché, législatrice, propriétaire et cliente, estime This Jenny (UDC/GL). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.