Le Conseil fédéral doit revenir sur le couac dans la communication

BERNE - Samuel Schmid reconnaît qu'il y a eu un couac dans la communication de la décision d'interdire à Swisscom tout participation à des projets à l'étranger. Le Département fédéral des finances devait informer le public, selon Moritz Leuenberger. Dans le communiqué diffusé une heure et demie avant l'ouverture de la bourse, le DFF n'a pas mentionné la proposition de Christoph Blocher, acceptée par le gouvernement, d'empêcher Swisscom d'investir hors des frontières helvétiques. Il n'a évoqué que la décision de vendre la participation majoritaire de la Confédération au sein de Swisscom. Le Conseil fédéral a mis ce dérapage à l'ordre du jour de sa séance de vendredi, a indiqué le président de la Confédération, dans une interview publiée vendredi dans "Le Temps". Les questions de communication et de responsabilités avaient été réglées mercredi 23 novembre, lors de la séance spéciale du gouvernement sur Swisscom, "mais on a pas suivi ce qui était prévu", a ajouté M. Schmid. Le ministre de la communication Moritz Leuenberger ne cache pas non plus son mécontentement quant à la manière de communiquer la décision du Conseil fédéral. Elle "n'est pas admissible", a-t-il lancé dans une interview parue dans la presse lémanique. Jeudi 24 novembre, Hans-Rudolf Merz a tenu une conférence de presse à 11h00 sans évoquer ce qui avait été décidé par le collège gouvernemental sur les engagements à l'étranger de Swisscom. Christoph Blocher a révélé la décision dans une interview samedi à la radio alémanique. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.