Le manque de neige provoque le chômage partiel des employés

BERNE - Le manque de neige dans certaines stations a mis des centaines d'employés au chômage partiel cet hiver. Mais très peu bénéficieront des indemnités. La faute à des critères comptables et à une bureaucratie trop tâtillons.Quatorze entreprises de remontées mécaniques, restaurants d'altitude ou écoles de ski employant près de 400 personnes ont déposé des demandes de chômage partiel en Valais. Elles sont 28, avec quelque 500 employés, dans l'Oberland bernois, huit à Fribourg et 13, pour 130 employés, dans les Grisons.La plupart des demandes sont préavisées favorablement par les autorités cantonales qui se prononcent sur la pertinence du manque de neige. C'est au niveau des caisses de chômage que ça se corse, tant les conditions à respecter sont strictes et la procédure bureaucratique.Les chances d'obtenir quelque chose sont faibles, selon le directeur de Téléchampéry Raymond Monnay. Il y a un délai d'attente de deux semaines et il faut prouver que le chiffre d'affaires ne dépasse par 25% des revenus moyens des cinq dernières années. "C'est très difficile et c'est beaucoup de travail administratif pour pas grand chose", dit-il.Les Remontées mécaniques suisses et la Fédération du tourisme sont conscientes du problème et sont intervenues à plusieurs reprises auprès du Secrétariat à l'économie (SECO) afin d'améliorer les conditions d'octroi des indemnités. Sans succès jusqu'à présent.On nous répond que ce n'est pas un problème, vu que ces dernières années il y a eu assez de neige pour garantir une exploitation minimale, a indiqué Fulvio Fartory, vice-directeur de RMS, précisant que les cantons pouvaient être plus ou moins flexibles. Mais le manque de neige cet hiver et le réchauffement climatique redonnent au problème toute son actualité. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.