Les socialistes veulent contraindre les migrants à s'intégrer

MUTTENZ BL - Les délégués du PS suisse ont adopté à Muttenz (BL) le papier de position du parti sur l'intégration. L'idée d'obliger les migrants à signer un contrat d'intégration a donné lieu à un débat nourri, qui a conduit le parti à la préciser.Les sections genevoise, vaudoise, neuchâteloise et tessinoise du PS souhaitaient supprimer cette mesure du programme socialiste, qui prévoit que les étrangers s'engagent, par leur signature, notamment à apprendre la langue locale et prendre connaissance des moeurs et lois helvétiques. "Nous refusons de lier l'intégration à des mesures coercitives", a dit la déléguée genevoise Valérie Boillat.Si le migrant ne respecte pas son engagement, aucune sanction ne sera prise. "Par contre, s'il le tient, cela jouera en sa faveur lorsque les autorités devront s'exprimer sur le renouvellement de son autorisation de séjour", a dit le vice-président du PS Pierre-Yves Maillard.Une proposition de renvoi du papier avait été auparavant nettement rejetée. M. Maillard a plaidé pour l'entrée en matière. "Il nous faut sortir de l'angélisme à l'égard de Christoph Blocher", a-t-il dit."Nous sommes le seul pays au monde où le ministre de la justice n'est pas tenu responsable de l'augmentation de la délinquence des jeunes." Au contraire, il a le champ libre pour exploiter des scandales comme le viol de Zurich-Seebach au profit de sa propagande, a dénoncé le Vaudois.Les délégués ont également longuement débattu de l'interdiction du voile islamique pour les enseignantes. Le groupe zurichois Secondos Plus a plaidé pour que le corps enseignant ait la liberté de porter des signes religieux, mais sans pouvoir "faire de la propagande" pour leur religion.Les délégués se sont finalement mis d'accord sur la formulation: "le PS est contre le port de tous les symboles religieux apparents". A la quasi unanimité, les délégués se sont également exprimés contre les dispenses de cours pour des raisons religieuses. Ils ont par contre accepté que les universités suisses soient responsables de la formation des imams qui exercent dans le pays.Dans son papier de position, le PS plaide aussi pour un "Plan Marshall" pour supprimer les discriminations auquelles sont confrontés les jeunes étrangers sur le marché du travail. Autre point fort du documment: accorder le droit de vote et d'éligibilité aux étrangers au niveau communal. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.