L'Etat ne doit qu'esquisser le cadre de la formation, selon Hasler

BERNE - L'Etat ne doit qu'esquisser le cadre de la formation continue, selon Peter Hasler, directeur de l'Union patronale suisse (UPS). Il rejette aussi bien une loi sur la formation continue qu'une concurrence que l'Etat ferait aux offres privées. Des directives étatiques rigides et des nouvelles subventions ne contribueraient pas à un encouragement de la formation continue, a dit M. Hasler dans une interview publiée mardi par plusieurs quotidiens alémaniques. Cela n'apporterait rien si des collaborateurs suivaient des cours où ils auraient été envoyés par l'Etat. L'Etat doit en principe se tenir à l'écart de la formation continue, d'après Peter Hasler. Il ne doit pas concurrencer les offres privées avec des prix bas et ainsi leur compliquer la tâche ou les rendre impossibles. Il faut en revanche aménager des conditions cadre aussi optimales que possible pour les prestataires privés. Pour le patron des patrons suisses, l'Etat doit s'engager en matière d'examens fédéraux et subventionner au besoin les déficits. Fixer dans les conventions collectives de travail des dispositions sur la formation continue est aussi judicieux, estime le directeur de l'UPS. L'introduction de bons de formation doit aussi être examinée sérieusement. Ils pourraient être accordés par exemple pour la réussite d'un examen professionnel, afin de couvrir les émoluments d'examen. Peter Hasler voit en outre un potentiel d'économies dans la formation académique, par exemple au Fonds national. Ces dernières années, la formation académique a été privilégiée par rapport à la formation professionnelle. Or, en comparaison avec la formation professionnelle et continue, la formation académique crée moins de places de travail, relève M. Hasler. Il est compréhensible, pour lui, que les entreprises n'encouragent de loin pas toujours la formation continue. Les petites et moyennes entreprises n'ont que des possibilités limitées de le faire. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.