Mariages forcés: la Suisse compte des milliers de victimes

GENèVE - Des milliers de personnes vivant en Suisse sont victimes de la pratique des mariages forcés. La plupart des unions ont lieu dans le pays d'origine. Le phénomène concerne surtout des femmes souvent très jeunes, de milieux modestes, mais aussi des hommes.La Fondation Surgir, active contre les violences coutumières envers les femmes, a présenté à Genève la première étude sur les mariages forcés réalisée en Suisse. Une cinquantaine d'institutions comme des centres pour migrants et des foyers pour femmes ont été interrogées sur la question dans les cantons de Vaud, Genève, Fribourg, Berne, Zurich et Bâle.Sur cet échantillon, les auteurs de l'étude ont recensé au moins 400 cas où une jeune femme (dans deux cas un jeune homme) a été mariée de force ou a subi de fortes pressions en ce sens. Sur ce total, 140 nouveaux cas ont été portés à la connaissance des associations questionnées en l'espace d'un an et demi seulement, entre janvier 2005 et mai 2006."Il ne s'agit là que de la pointe de l'iceberg", a relevé Jacqueline Thibault, présidente de la fondation. Pour un panorama complet, il aurait fallu interroger les quelque 2000 institutions susceptibles d'être confrontées au problème. En extrapolant les résultats, "on peut penser que la Suisse dénombre des milliers de victimes du mariage forcé".Les cas recensés se produisent dans des familles originaires d'Ex-Yougoslavie, du Moyen-Orient, d'Asie centrale, du Maghreb et d'Afrique noire. Un tiers des victimes sont âgées de 13 à 18 ans seulement. La plupart du temps, la personne est mariée de force dans son pays d'origine à un époux ou une épouse choisi par sa famille.Elle risque le rejet complet de sa famille ou de sa communauté si elle refuse l'union, voire un crime d'honneur. "Les victimes se retrouvent dans une grave détresse émotionnelle", souligne Mme Thibault. La justice n'est que peu armée pour lutter contre le phénomène. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.