Mère infanticide de Chamoson (VS): procès en appel

SION - Le ministère public a requis 18 ans de prison pour assassinat contre la mère infanticide de Chamoson (VS). La procureure n'a pas modifié son appréciation lors du procès en appel devant le Tribunal cantonal à Sion.Devant les juges cantonaux, l'accusée a longuement témoigné de la manière dont elle avait noyé son garçon âgé de cinq ans le 20 septembre 2002 dans la baignoire. Elle a aussi raconté comment elle a ensuite tenté de tuer ses trois autres enfants sans pouvoir expliquer à la cour les raisons de cet acharnement.L'accusée a dit être angoissée et désespérée en raison d'un mari souvent absent à l'étranger qui ne se préoccupait ni d'elle ni de ses enfants. Dans sa logique au moment des faits, ses enfants ne pourraient pas survivre sans elle, raison pour laquelle elle voulait les entraîner dans sa mort.La procureure a relevé la pauvreté sociale de cette femme d'origine belge et aussi sa forte dépendance vis-à-vis de son époux. Elle ne lui a pourtant reconnu aucune circonstance atténuante, hormis une responsabilité diminuée conclue par une expertise psychiatrique.Le 20 septembre 2002, cette mère de famille avait noyé son fils cadet âgé de 5 ans dans la baignoire en fin d'après-midi. Elle a caché son forfait à ses autres enfants, âgés alors de 10, 12 et 13 ans, lorsqu'ils sont rentrés de l'école. En soirée elle leur a proposé un jeu.Elle les a emmené en voiture sur le pont enjambant le Rhône à Riddes (VS). Elle a précipité sa fille cadette de 10 ans puis son fils aîné de 13 ans dans le fleuve. L'adolescent a pu regagner la rive alors que la mère voulait pousser le dernier enfant dans le fleuve. Il l'a suppliée d'arrêter et de rentrer.La mère s'est mise au volant avec le fils et le troisième enfant et s'est dirigée vers Bex (VD) où elle a précipité sa voiture contre une pompe à essence. Les trois occupants en sont sortis indemnes. Quant à la fille précipitée au Rhône, elle a également réussi à regagner la rive plus en aval où elle a été prise en charge par des passants.En première instance, le tribunal avait prononcé une peine de 18 ans de prison pour assassinat et tentative d'assassinat. Le procès avait eu lieu à huis clos pour préserver la vie privée des enfants. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.