Milliard de cohésion: peu d'échos dans la presse internationale

BERNE - A l'exception des journaux allemands et autrichiens, le "oui" au "milliard de cohésion" a suscité peu d'échos dans la presse internationale. Les commentateurs soulignent que les Suisses ont voté pour défendre leurs intérêts."La Suisse délie les cordons de la bourse", écrit le "Tagesspiegel". Le quotidien de Berlin évoque un vote "intéressé" des Suisses.Selon un autre quotidien allemand, le "Handelsblatt", les électeurs suisses ont une nouvelle fois voté de telle sorte que les relations entre la Confédération et l'Union ne soient pas menacées.La "Süddeutsche Zeitung" va plus loin: les Suisses savent exactement quand ils doivent s'opposer à Bruxelles. La contribution helvétique est en fait un prix d'entrée modique à des marchés lucratifs. Les Suisses peuvent désormais être sûrs qu'il n'y aura pas d'obstacles pour leurs entreprises en Pologne, en République tchèque ou en Hongrie, souligne le journal.En Autriche, le "Standard" et le "Kurier" jugent que le résultat de dimanche constitue une sévère défaite pour l'UDC. Pour le "Kurier", le troisième "oui" consécutif des Suisses en l'espace d'une année et demie sur un objet européen pourrait relancer le débat de l'adhésion.Le français "Le Monde" ne partage pas cet avis. Les Suisses ont montré qu'ils soutiennent la politique européenne du gouvernement en faveur de la voie bilatérale. L'aide est une contrepartie exigée par Bruxelles pour les accords bilatéraux, qui préservent notamment le secret bancaire, rappelle le journal.Dans les pays qui recevront l'aide suisse, le "Malta Independent" relève également que le "milliard" est une "contrepartie". Le journal maltais met par ailleurs en relation cette aide avec les limites posées à la libre circulation des personnes pour les nouveaux pays membres.Le reste de la presse européenne fait peu de cas du vote suisse. Les journaux italiens, qui consacrent de nombreuses pages au malaise de l'ancien premier ministre Silvio Berlusconi, ne réservent aucune ligne au scrutin. Comme la presse espagnole d'ailleurs.Le "Figaro" de Paris, le "Times" de Londres ou l'"International Herald Tribune" se contentent eux d'une brève. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.