Palmarès Bilan des finances cantonales: Vaud ressuscite

BERNE - Le magazine "Bilan" a révélé son septième palmarès des finances cantonales. Le canton de Vaud "ressuscite" et se hisse au deuxième rang derrière Appenzell (AR). A l'opposé, trois cantons latins ferment la marche: Genève, Tessin et Neuchâtel.Ce classement permet une double analyse: non seulement, il donne "un polaroïd" de l'état des cantons en 2005, mais surtout il déroule "le film" de l'évolution des finances, a souligné Jean-Raphaël Fontannaz, responsable du dossier réalisé avec l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP).Le redressement vaudois est sans doute le fait marquant du palmarès 2005. Longtemps lanterne rouge, le canton a réussi à sortir de son marasme "grâce à la politique des petits pas du conseiller d'Etat Pascal Broulis", selon "Bilan".Cette deuxième place dépasse "de loin nos espérances", s'est réjoui le grand argentier. Aujourd'hui, "nous flottons" mais il faut aussi "savoir nager par gros temps", a-t-il averti en allusion à la planification financière 2008-2010, qui s'apparente à ses yeux à un roman de Stephen King.Quant aux autres cantons latins, la situation se révèle bonne à Fribourg qui se classe en quatrième position, suivi par le Valais à la huitième place. Le palamarès est moins réjouissant pour le Jura (18e) et surtout pour Genève (24e), le Tessin (25e) et Neuchâtel (26e).Le fait que Neuchâtel et Genève n'aient pas su redresser leurs finances alors que la conjoncture a été favorable durant deux ans montre "l'étendue du désastre". Pire, si Neuchâtel prend désormais le taureau par les cornes, Genève "se complaît dans des effets plus rhétoriques que financiers, dans de la cosmétique de surface plutôt que du travail de fond", juge "Bilan".Quant au Tessin, le magazine parle de "drame". Naguère en bonne situation financière, le canton vit désormais complètement à crédit. Il emprunte non seulement pour l'intégralité de ses investissements, mais recourt même au crédit pour payer ses frais de fonctionnement.Côté alémanique, deux faits sont notamment à relever. Zurich se classe au 20e rang. Malgré la conjoncture porteuse, le plus grand canton de Suisse ne parvient pas à se redresser, alors que son voisin Schwytz termine à la 23e place. Ce dernier dilapide les bijoux de famille, présente régulièrement un déficit sur le compte de fonctionnement et ne finance que faiblement ses investissements. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.