Places d'apprentissage pour les jeunes en difficulté

LAUSANNE - Les jeunes en difficulté ne doivent pas rester sur le carreau. Dans le cadre de Speranza 2000, des entreprises de Suisse romande se mobilisent pour qu'ils puissent s'intégrer dans le monde du travail, en leur offrant un stage ou un préapprentissage.Le projet Speranza 2000, lancé fin avril en Suisse alémanique par les milieux économiques, se développe désormais en Suisse romande, a expliqué son initiateur le conseiller national Otto Ineichen (PRD/LU) devant la presse à Renens (VD).Son objectif est de motiver les employeurs à offrir une place de stage ou de formation aux jeunes en rupture sociale ou ayant de faibles résultats scolaires. Le but est d'en placer 2000 d'ici fin octobre. Plus de 1000 le sont déjà Outre-Sarine.En Suisse romande, un vaste réseau a été établi et des initiatives ont été mises sur pied, a-t-il souligné. Coop Suisse romande a par exemple introduit un stage d'insertion, a indiqué son directeur Raymond Léchaire.Le salaire correspond à celui d'un apprenti de première année, soit 800 francs. Au terme de cette période, les stagiaires pourront soit suivre un apprentissage, soit être engagés comme collaborateurs au tarif de la CCT. Le but est de permettre à ces jeunes, dégoûtés de l'école, de mettre le pied à l'étrier dans le monde professionnel sans qu'ils soient forcés de suivre des cours scolaires.McDonald's soutient aussi le projet Speranza en offrant 23 places de préapprentissage, dont 12 en Suisse romande, a déclaré Gabriele Leone, directrice des ressources humaines. L'entreprise envisage dès l'an prochain la création de 30 places de préapprentissage supplémentaires.Les besoins des entreprises formatrices devraient davantage être pris en compte, a-t-elle relevé. Des conditions plus flexibles et des procédures plus simples dans les cantons permettraient de doubler ce nombre. Le niveau des certificats professionnels de capacité (CFC) est par ailleurs trop élevé, a renchéri Roland Gardel, directeur de Ramlet SA, une PME dans le domaine de la contruction.En Suisse, 5000 jeunes n'ont pas trouvé de place en adéquation avec leur désir, tandis que 6000 postes sont encore libres dans les domaines de la construction, du tourisme, de l'hôtellerie et des branches techniques. Quelque 20'000 autres se trouvent dans des solutions transitoires. C'est pourquoi l'initiative Speranza est saluée.Informations sur le site www.orientation.ch /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.