Présidence de Micheline Calmy-Rey: Genève déroule le tapis rouge

GENèVE - Genève a déroulé le tapis rouge à Micheline Calmy-Rey. De son arrivée à la gare Cornavin jusqu'au bris de la marmite de l'Escalade à la fin de la cérémonie, la nouvelle présidente de la Confédération a été fêtée et louée par ses concitoyens.Au lendemain de son élection à la plus haute fonction du pays, Mme Calmy-Rey a été accueillie à la gare par les autorités genevoises au son des fifres et tambours de la Compagnie 1602. Elle a juste eu le temps de saluer la petite foule venue la fêter avant de descendre dans le hall de la gare, où le maire de Genève André Hédiger a exprimé le plaisir et la fierté des Genevois.La délégation s'est ensuite rendue au Bâtiment des forces motrices à bord des bus des transports publics pour la cérémonie officielle. Le discours du président sortant Moritz Leuenberger, truffé de bons mots et placé sous le thème "La femme est l'avenir de l'homme", a soulevé les rires de l'assemblée et battu tous les records à l'applaudimètre."Les Suisses te font confiance et ils te suivent. Quand ils cherchent des étoiles, ils prennent leur petit livre rouge, le fameux guide Micheline", a glissé le Zurichois. Il a loué le patriotisme souriant de la Genevoise et s'est trouvé de nombreux points communs avec elle: deux présidents sexagénaires, venant d'une grande ville ouverte et europhiles.La présidente du Conseil national Christine Egerszegi s'est elle aussi trouvé un point commun avec la présidente. Elle a célébré la Suisse de 2007 qui sera dirigée par deux "super mamies".Plus tôt dans la journée, avant d'arriver en terres genevoises, la nouvelle présidente de la Confédération, partie de Berne à bord d'un train spécial où une grande table de banquet avait été aménagée, a fait des haltes à Fribourg puis à Lausanne.Le président du gouvernement fribourgeois, le socialiste Claude Grandjean, a dit son bonheur et sa fierté d'accueillir la présidente. La halte de 25 minutes, égayée par une fanfare, des ramequins et des bricelets, a suffi aux Fribourgeois pour l'applaudir à tout rompre.Dans la capitale vaudoise, Micheline Calmy-Rey a retrouvé sa maman, très émue, avant les officialités de rigueur. "Nous avons une longueur d'avance sur les Français: nous sommes sûrs d'avoir une présidente en 2007", a plaisanté Pascal Broulis, président du Conseil d'Etat vaudois. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.