Proche-Orient: les Suisses soutiennent la politique de Calmy-Rey

BERNE - La "neutralité active" prônée par Micheline Calmy-Rey est soutenue par les Suisses. Selon un sondage, 56% des interrogés approuvent les critiques de la conseillère fédérale envers Israël dans le conflit contre le Hezbollah.Seuls 35,2% donnent tort à Mme Calmy-Rey de qualifier les attaques israéliennes au Liban de "disproportionnées". C'est ce que révèle une enquête de l'institut de sondage et de recherche Isopublic effectuée auprès de 1004 citoyennes et citoyens suisses pour l'hebdomadaire alémanique "Facts."Mais d'une manière générale et hors contexte (dans le cas où les belligérants ne sont pas identifiés) une faible majorité de 46,4% est d'avis que la Suisse se doit, tout en étant neutre, de critiquer les belligérants. Presque autant (45,6%) se déclarent pour une neutralité "passive" sans prise de position, comme le prône le chef du Département fédéral de justice et police (DFJP) Christoph Blocher.Et pourtant, presque deux tiers (62,9%) des interrogés pensent qu'Israël peut être critiqué comme n'importe quel autre pays. A ceux-ci s'ajoutent 23,6% qui considèrent que la critique envers Israël est juste mais soulignent que le passé du pays ne doit pas être oublié. Seuls 10,3% s'expriment contre toute critique envers Israël.La guerre entre la milice chiite libanaise et Israël se heurte à la désapprobation d'une grande majorité des Suissesses et des Suisses. Une grande partie des sondés condamnent les actions militaires d'Israël (85,9%) tout comme celles du Hezbollah (83,6%), ou les qualifient de "disproportionnées".Alors que 45,1% désapprouvent totalement les attaques israéliennes, 40,8% estiment qu'Israël a le droit de se défendre, toutefois pas dans cette ampleur. Seuls 7,1% considèrent les frappes militaires israéliennes comme appropriées.Il en va de même pour les actions du Hezbollah: seuls 6,6% estiment que les interventions sont appropriées. 50% désapprouvent complétement les frappes de la milice et 33,6% les qualifient de disproportionnées.La majorités des interrogés contestent le droit d'Israël d'attaquer des ennemis en dehors de ses fontières: 70,9% pensent qu'il est faux qu'Israël s'engage militairement en dehors de son territoire et 19,3 % soutiennent cette voie. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.