Protection des ambassades: l'armée va réduire son engagement

Le Conseil fédéral projette de réduire l'effectif des engagements de l'armée en service d'appui en faveur des autorités civiles. Dès 2012, un maximum de 245 spécialistes de la sécurité militaire pourront encore être engagés, contre 1090 aujourd'hui.Si le parlement donne son feu vert, la protection des ambassades subira la plus grande réduction, de 800 à 125. Un délai de transition de deux ans, avec 600 militaires, est prévu. Parallèlement, le nombre de policiers chargés de la surveillance des ambassades devrait passer d'ici 2012 de 120 actuellement à 206, selon les prévisions des cantons. Les polices applaudissent.Le soutien au corps des gardes-frontière passera de 200 à 100 spécialistes, plus 100 autres durant l'EURO 08. Il restera enfin 20 militaires spécialisés à disposition de la sécurité aérienne civile, contre 90 actuellement.La mission ne change pas: demain comme hier, l'armée complète les besoins des autorités civiles en matière de sécurité, a rappelé le ministre de la défense Samuel Schmid. Son rôle doit toutefois rester subsidiaire. Il s'agit aussi de répondre aux nombreuses critiques qui ont visé la surveillance des ambassades par des soldats de milice, voire des recrues, mal préparées.Financièrement, la réduction de l'engagement de l'armée en faveur des autorités civiles permettra à la Confédération d'économiser au final quelque 8 millions de francs par an. Cela malgré une augmentation de 80 % à 90 % du taux d'indemnisation des cantons pour la garde d'ambassades. Cette hausse représente quelque 12 millions de francs. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.