Système de santé critiqué: les recommandations déjà débattues

BERNE - Rendues publiques mardi, les recommandations d'experts de l'OMS et de l'OCDE pour améliorer le système de santé suisse sont pour la plupart déjà à l'étude, selon le DFI. Dans le domaine de la prévention, le projet de loi fédérale est ainsi en bonne voie.Le groupe d'experts mis sur pied par le Département de l'intérieur (DFI) conduit des entretiens avec les cantons et les milieux concernés, a rappelé Thomas Zeltner, directeur de l'Office fédéral de la santé publique. Il s'agit notamment de déterminer quels domaines sont prioritaires et quels objectifs sont visés.Selon Marc Danzon, directeur régional de l'OMS pour l'Europe, l'accent devrait être mis sur la prévention contre le tabac, l'alcool, l'obésité et les problèmes psychiques. Dans ces domaines, "il manque une vision et une initiative au niveau national", a-t-il dit. "Le fait qu'il y ait en Suisse 26 politiques de prévention rend les programmes moins efficaces".Conscient que la fragmentation peut être problématique, M. Zeltner a toutefois défendu la richesse que représentait l'approche fédéraliste. "Nous avons avancé et connu des succès en matière de prévention grâce au fédéralisme", a-t-il souligné en citant en exemple les domaines de la drogue et du tabac. "Avec ses projets-pilote cantonaux, la Suisse est une sorte de laboratoire pour les scientifiques".Selon lui, le principal problème de la prévention reste le manque de moyens financiers. "La Suisse ne consacre que 2,2% de ses dépenses de santé pour ce domaine", a-t-il regretté. La moyenne des pays de l'OCDE s'élève à 2,7%.La révision en cours de la loi sur l'assurance maladie (LAMal) répond aussi à de nombreux points soulevés par les experts internationaux, mandatés en mai 2004 par l'OFSP. C'est le cas notamment pour le financement des hôpitaux (avec un système de forfaits) ou la compensation des risques (avec un élargissement des critères).Pour M. Zeltner, l'analyse de l'OMS et de l'OCDE doit servir "de référence" pour les discussions en cours et pour les prochaines années. "Elle nous a confirmé que nous avions un bon système de santé, mais peut-être pas aussi bon que nous le pensions". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.