Taxe sur le CO2: le Conseil national soutient les centrales à gaz

BERNE - Le Conseil national a ouvert la voie à la construction d'usines à gaz en Suisse. Les plus grandes centrales auront le choix entre s'acquitter de la taxe sur le CO2 ou compenser intégralement leurs émissions de gaz à effet de serre.Personne n'a contesté la nécessité de cette compensation intégrale, mais la majorité a décidé de laisser le Conseil fédéral fixer la part maximale des certificats d'émissions étrangers. Suivant une proposition d'Oskar Freysinger (UDC/VS) soutenue par le gouvernement, le plénum s'est ainsi écarté par 95 voix contre 81 de la limite de 30% décidée par le Conseil des Etats.Si nous nous en tenons à la clé de répartition 70% en Suisse et 30% à l'étranger, "nous signons l'arrêt de mort des centrales à gaz car elles ne seront pas viables économiquement", a argumenté M. Freysinger. La compensation en Suisse renchérissant le prix de l'électricité d'environ 3 centimes par KWh alors que la taxe ne revient qu'à 1,3 centime, les exploitants seraient poussés à préférer la taxe ou à construire à l'étranger.Contrairement à ce qu'avait décidé le Conseil des Etats, seules les plus grandes centrales doivent être obligées de compenser toutes leurs émissions pour échapper à la taxe, a décidé le National. Mais les centrales combinées à gaz ne doivent pas être les seules concernées.En choisissant d'évoquer les centrales à combustible fossiles, le National soumet aussi les centrales à mazout et à pétrole à cette nécessité. Le dossier retourne au Conseil des Etats. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.