Une méthode testée à Genève gagne du terrain

GENèVE - Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont mis au point une méthode pour réduire une des sources de contamination en milieu hospitalier. Un moyen de les éviter est d'obliger le personnel à se laver les mains avec une formule à base d'alcool.Chaque jour dans le monde, 1,4 million de patients contractent des infections dans les hôpitaux. En Suisse, 70'000 infections se produisent chaque année. La méthode des Hôpitaux universitaires de Genève gagne du terrain: lors d'une réunion à Genève, onze pays de plus se sont engagés à l'adopter.Au total, 35 pays, dont la Suisse, se sont désormais ralliés au Défi mondial pour la sécurité des patients, une initiative soutenue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et dirigée par le professeur Didier Pittet, responsable du service prévention et contrôle de l'infection aux HUG.Le modèle développé par Genève vise à faire adopter dans tous les hôpitaux une solution hydro-alcoolique pour se désinfecter les mains, plus efficace que l'eau et le savon.Sur les 70'000 patients infectés chaque année dans les hôpitaux en Suisse, au moins 5000 en meurent, a précisé le docteur Pittet lors d'une conférence de presse. Le coût de ces infections est estimé en Suisse à 240 millions de francs, soit en moyenne 3500 francs par patient.Une campagne de quatre mois a été menée récemment en Suisse pour tester cette méthode dans deux hôpitaux cantonaux. L'hygiène des mains parmi les médecins et infirmières s'est accrue de 25%. Sur la base de ces résultats, on estime que 17'000 infections nosocomiales pourraient être évitées en Suisse chaque année.Entre 5 à 10% des patients admis dans les hôpitaux des pays développés contractent une ou plusieurs infections lors de leur séjour. Dans les pays en développement, le risque d'infection peut être jusqu'à 20 fois supérieur et la proportion de patients infectés dépasser 25% des malades, selon l'OMS.L'Alliance mondiale pour la sécurité des patients a été lancée il y a deux ans par l'OMS. Son président, Sir Liam Donaldson, a dit espérer que d'ici la fin de l'année 75 % de la population mondiale pourra bénéficier de la méthode d'hygiène des mains testée à Genève. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.