Une pétition pour que le fils de Corinne Rey-Bellet reste en Valais

SION - Près de 5200 signatures ont été récoltées en Suisse afin que le fils de Corinne Rey-Bellet assassinée par son mari le 30 avril, soit élevé en Valais. Il devrait aller dans sa famille maternelle plutôt qu'auprès de sa parenté paternelle à St-Gall."Ce matin, nous avons compté 5172 signatures pour notre pétition", a indiqué le président de l'association "Porte-Bonheur", André Marty, qui a initié la récole de signatures. La pétition demande que le fils de la défunte ex-championne de ski puisse être élevé auprès de sa famille maternelle.A ce jour, 3700 signatures ont déjà été déposées auprès de la Chambre pupillaire de St-Gall, qui se déterminera sur le sort de l'enfant d'ici la fin novembre. Les signatures viennent de toute la Suisse, y compris de St-Gall, a indiqué M. Marty.Le but est que le fils de Corinne Rey-Bellet, qui aura bientôt trois ans, soit confié à la cousine de la skieuse à Val d'Illiez (VS). L'enfant serait ainsi également proche de ses grands-parents maternels. "Nous ne souhaitons toutefois pas que les ponts soient totalement coupés avec ses grands-parents paternels", précise André Marty.Ce dernier espère pourtant que la garde de l'enfant ne leur sera pas confiée. "Corinne était régulièrement battue par son mari. La famille de ce dernier le savait et n'a rien fait", affirme le président de "Porte-Bonheur". Corinne Rey-Bellet était la marraine de l'association et entretenait des liens d'amitiés avec M. Marty."Un jour elle m'a demandé ce que je ferais pour son fils s'il lui arrivait quelque chose", explique M. Marty. "Lorsque j'ai appris sa mort, j'ai vraiment compris le sens de ces paroles". "Porte-Bonheur" a été fondée à Yvonand (VD) pour venir en aide aux enfants orphelins. A ce jour plus de 600 enfants ont bénéficié de son soutien.Corinne Rey-Bellet, 34 ans, a été abattue dans la soirée du 30 avril par son mari, Gerold Stadler, au domicile de ses parents aux Crosets. Gerold Stadler a aussi tué le frère de la skieuse et grièvement blessé sa maman. Au moment du drame, le couple vivait séparé depuis une dizaine de jours.Le père de la skieuse ainsi que son fils alors âgé de deux ans et demi avaient été épargnés. Le meurtrier avait ensuite pris la fuite à bord de sa voiture. Il s'était suicidé 24 heures après les faits dans une forêt près de Huémoz (VD). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.