Val-de-Travers: réquisitoire contre des cultivateurs de cannabis

COUVET NE - Le Ministère public a requis des peines de 2 ans et demi à 3 ans et demi de réclusion contre 5 des 6 accusés du procès des cultivateurs de cannabis du Val-de-Travers (NE). Le verdict sera rendu mercredi après-midi. Dans son réquisitoire, le procureur a soutenu la thèse d'un mode opératoire en bande et par métier de la part des accusés. Ceux-ci étaient prévenus de la mise en culture hors sol, à l'intérieur d'une dizaine de hangars, de plus de 35 000 pieds de cannabis. Les débats d'audience ont tourné principalement autour du degré de connivence des accusés. La question de la teneur élevée en THC du chanvre cultivé a également figuré au centre des débats. Quatre accusés entretiennent des liens familiaux (deux frères et leurs deux cousins frères jumeaux). Un cinquième accusé est un horticulteur et ancien responsable politique communal, membre du parti radical. Le sixième prévenu, d'origine portugaise, est désormais domicilié dans le Nord-Vaudois. Une rixe a aussi été évoquée. Deux des accusés doivent répondre de tentatives de lésions corporelles graves, imputables à une dispute qui a dégénéré entre les frères jumeaux et leurs deux cousins. L'un de ces derniers fait figure de principal accusé avec l'horticulteur. Les deux principaux prévenus sont accusé de mises en culture délictueuses dépassant le simple niveau artisanal. Les installations comportaient des systèmes sophistiqués d'arrosage et d'éclairage. Lors de l'audience préliminaire, au mois d'août, les accusés avaient admis ou contesté, à des degrés divers, le principal délit dont ils sont accusés, à savoir des infractions graves à la loi fédérale sur les stupéfiants. On leur reproche également des soustractions d'énergie et des entraves à l'action pénale. La police avait découvert en mai 2004 les plantes de chanvre cultivées hors sol dans une dizaine de hangars industriels ou agricoles désaffectés. L'instruction de l'affaire n'a pas permis de déterminer avec précision les bénéfices du trafic, compte tenu des investissements de plusieurs centaines de milliers de francs. Le procès se poursuit mardi avec les plaidoieries des six avocats de la défense. Il se déroule dans la salle du législatif communal de Couvet (NE). Le Tribunal de district du Val-de-Travers, qui siège habituellement à Môtiers, a préféré déménager pour ce procès qui suscite la curiosité du public. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.