Votations - asile/étrangers: le durcissement passe haut la main

BERNE - Les Suisses ont voté à une très large majorité en faveur d'un durcissement de l'immigration et du droit d'asile. La révision de la loi sur l'asile a obtenu 67,8% des suffrages, alors que la nouvelle loi sur les étrangers a été acceptée par 68% des votants.Tous les cantons les ont approuvées. En Suisse romande, les scores sont moins nets. Quatre ans après le rejet d'un cheveu de l'initiative de l'UDC "contre les abus dans le droit d'asile", un petit peu moins de 1,6 million de Suisses ont approuvé la nouvelle loi, largement inspirée par ce parti et soutenue par la majorité du PDC et du PRD. Le camp bourgeois estimait que ce texte réussit à concilier répression et tradition humanitaire.Près de 761'000 citoyens ont suivi la gauche, les Eglises et diverses organisations, qui critiquaient cette analyse. Les opposants s'inquiétaient notamment du tour de vis donné en matière de papiers d'identité, de la suppression de l'aide sociale pour tous les requérants déboutés, ainsi que du doublement de la durée des mesures de containte en vue du renvoi.La palme du "oui" revient à Schwytz, avec 80,1% d'avis favorables. Les référendaires ne sont pas non plus parvenus à imposer leurs vues en Suisse romande, pourtant réputée plus ouverte lorsqu'il en va de la politique des réfugiés. Le taux d'approbation a atteint 68,3% à Berne, 64,8% en Valais et 63,2% à Fribourg. Les Vaudois se sont prononcés pour à 57,2%, les Neuchâtelois à 52,9% et les Jurassiens à 52,8%. Genève ferme la marche avec 51,3%.Quant à la nouvelle loi sur les étrangers, qui ancre le principe de la priorité des ressortissants européens en matière d'immigration, a obtenu le soutien de près de 1,602 millions de votants. En tout, 755'231 citoyens et citoyennes ont rejeté le projet défendu par le Conseil fédéral, la droite et les milieux économiques.Bien qu'attendu, ce résultat sans ambiguïté constitue une gifle pour le camp soutenant le référendum, composé de la gauche, des oeuvres d'entraide, des Eglises et de quelques bourgeois.Même la Suisse romande, qui se montre habituellement plus réticente que le reste du pays à durcir les conditions de vie des étrangers, ne s'est pas opposée au projet. Le taux d'acceptation le plus faible vient de Genève, avec 52,5%. Le Jura (52,7%) et Neuchâtel (52,8%) suivent de près. Les Vaudois ont glissé quant à eux 54,2% de bulletins favorables dans les urnes, suivi de Fribourg (63,3%), Valais (64,6%) et Berne (68,8%). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.