Les céréaliers dans une colère noire

Les moissons débutent sur un fond de colère. Après les producteurs de lait, ce sont les céréaliers qui se trouvent dans la ligne de mire de l'Office fédéral de l'agriculture. Le 1er juillet, la baisse du droit de douane est entrée en vigueur. Une baisse d'environ quatorze francs du montant des taxes douanières des farines.

Cette décision a été prise alors que les céréaliers et les minoteries étaient en négociation.

Les producteurs sont désormais sous pression. Leur revenu sur les céréales panifiables a diminué de moitié en vingt ans, alors que les coûts de production n'ont pas cessé d'augmenter./ ats-seb

Partager
Link
Météo