Porrentruy votera « oui » au projet global de patinoire

Les deux champs de glace passent la rampe du Conseil municipal de Porrentruy. L’exécutif bruntrutain ...
Porrentruy votera « oui » au projet global de patinoire

Le Conseil municipal de Porrentruy a donné lundi soir un préavis favorable au projet de patinoire avec deux champs de glace

Patinoire

Les deux champs de glace passent la rampe du Conseil municipal de Porrentruy. L’exécutif bruntrutain s’est penché lundi soir sur le projet de rénovation et d’agrandissement de la patinoire couverte d’Ajoie et du Clos du Doubs. Le maire de Porrentruy se prononcera donc favorablement sur le crédit de 27,8 millions de francs au nom du Conseil municipal, mardi soir lors de la séance du Syndicat intercommunal du district de Porrentruy. C’est à la suite de cette rencontre que les Ajoulots sauront s’ils devront voter par les urnes sur une patinoire à Porrentruy à un ou deux champs de glace.

 

Une promesse d’un million supplémentaire

Le Conseil municipal de Porrentruy a aussi décidé lundi soir de solliciter le Conseil de ville pour un apport financier complémentaire afin de favoriser la réussite du projet dans son ensemble. Un apport qui pourrait se monter à un million de francs si le peuple accepte les deux champs de glace. Cette enveloppe ne devrait pas péjorer les finances bruntrutaines, selon le maire Gabriel Voirol. En effet, un montant de 400'000 francs est prévu pour la patinoire dans le budget 2018. Après la rénovation, un nouveau calcul des participations financières de chaque commune sera mis en place et Porrentruy ne devrait plus que payer 360'000 francs par an. Cela permettrait l’apport supplémentaire proposé par l’exécutif bruntrutain.   

La forme que prendra ce versement complémentaire n’a toutefois pas encore été définie. Si le comité de pilotage de la patinoire parvient à baisser la dette résiduelle pour les communes à 13 millions de francs, cette somme serait allouée au fonctionnement et serait équivalente à 50'000 francs supplémentaires par an pour les 30 prochaines années. Si le COPIL ne réussit pas à réduire la dette, la commune pourrait mettre à disposition ce million en tant qu’investissement. Pour rappel, le SIDP a fixé, comme condition à la construction des deux champs de glace, que le plafond de la dette résiduelle ne dépasse pas les 13 millions de francs à charge des communes ajoulotes. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus