La terre jurassienne a soif

Voici plusieurs semaines que le niveau des sources et des rivières du canton du Jura ne cesse de diminuer, en raison du manque de précipitations. Dans certaines communes, les sources habituellement utilisées pour la consommation des ménages ne peuvent plus remplir leur rôle.
Les villages concernés doivent donc se connecter sur d’autres réseaux, comme le permettent des interconnexions entre réseaux. C’est le cas par exemple à Fontenais, qui utilise en ce moment le réseau de Porrentruy. C’est également le cas au Noirmont, qui s’approvisionne actuellement à 100% grâce au Syndicat des Eaux des Franches-Montagnes (SEF), alors que d’ordinaire, 60% suffisent.
 
Ces réseaux jouent donc en partie le rôle de «solution de secours». Mais parallèlement à cela, ils servent à alimenter entièrement d’autres communes. Selon le directeur du SEF, Pierre-Alain Bart, la situation est très préoccupante. Il faudrait plusieurs jours de précipitations continues pour que les sources soient réapprovisionnées. Mais si le gel devait arriver avant la pluie, il empêcherait l’infiltration de l’eau dans le sol.
 

Diverses solutions envisagées

Pour augmenter la quantité d’eau à disposition, le SEF a misé sur le forage en profondeur. Un tel forage a d’ailleurs été réalisé à Sonvilier (territoire couvert par le Syndicat) dernièrement. Il a permis de découvrir une d’abondantes réserves d’eau, qui pourront bientôt être utilisées pour la consommation des ménages fournis par SEF.
 
Mais cette solution ne convient pas dans tous les cas. En Ajoie par exemple, plusieurs forages ont été réalisés ces dernières années. Les travaux ont coûté plusieurs millions de francs, mais ils n’ont pas permis de trouver de l’or bleu en grande quantité. Daniel Urfer, collaborateur à l’Office de l’environnement, estime que la meilleure ressource du canton, c’est le Doubs. Même à son niveau le plus bas, comme c’est le cas actuellement, le débit de la rivière est encore de 4'000 litres par seconde. En prélevant 2 à 3% de ce volume pour produire de l’eau potable, il serait possible d’alimenter le district de Porrentruy, voire plus. Et cela n’aurait pas de conséquences négatives sur la rivière. /lbe


Actualités suivantes

Articles les plus lus